AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ayumi de 1999 à 2004

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
manga54
Kongōrikishi
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1322
Age : 39
Localisation : 1 mois par an à Tokyo
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Ayumi de 1999 à 2004   Sam 9 Juin - 15:54

En avril 2004 à été diffusé sur la chaîne japonaise Super TV un reportage consacré à la chanteuse Ayumi Hamasaki. Durant cet interview, elle se livre en toute sincérité et en toute indépendance sur sa carrière, sur ses périodes difficiles surtout ainsi que sur son enfance à Fukuoka. Avec une lucidité inattendue, elle fait le point, se remet en question et montre d'elle un visage qui n’a été que très peu souvent mis en avant. Ce que l'on voit du produit Ayumi Hamasaki, à savoir le personnage toujours souriant, de bonne humeur et plein d’énergie, ne concorde pas forcément avec l'être humain. C'est une sorte de schizophrénie à laquelle la plupart des personnages publics surexposés et sur médiatisés doivent être confrontés. Ce reportage éminemment intéressant, permet de mettre en lumière ce qui se cache derrière cette jeune femme tant aimée, mais aussi tant décriée…





Ayumi a donc été interviewée par une équipe de reporters durant cinq années. En 1999, alors que la chanteuse est en pleine ascension, et qu'elle est déjà devenue un modèle pour des milliers d'écolières, on peut sentir dans ses propos une sorte de naïveté. Et même, un certain émerveillement pour ce qui lui arrive. Lorsqu'on lui demande ce qui l’a poussée à entamer une carrière de chanteuse, elle répond avec candeur qu’elle voulait se trouver une place en ce monde.
Il faut rappeler que Ayumi a toujours eu du mal à se fixer durant son adolescence; allant de petit boulot en petit boulot, délaissant le domicile familial et ne sachant jamais trop quoi faire de sa vie, elle en est vite arrivée à quitter l’école. Perturbée, en froid avec sa mère et dégoûtée par un père qui la quitte du jour au lendemain sans explications, elle se réfugie au sein d'une bande d'amis qui la conduit à faire les 400 coups, aux limites de la délinquance. Avec ce métier de chanteuse, Ayumi n'a pas forcément trouvé ce pour quoi elle était faite (jamais elle n'aurait imaginé suivre un tel chemin), mais elle a au moins trouvé sa place.
Ayumi, dès 1999, fait beaucoup d'efforts pour se façonner une image, à l'aide d'un look très occidentalisé. Sur ce point, elle se montre très exigeante et tient à garder le contrôle sur cet aspect de sa personnalité. C’est elle notamment qui donne la plupart des idées pour ses pochettes d’albums ou de singles. C’est ainsi que dès cette période, on trouve dans les rues de Tokyo (et ailleurs) des centaines de "Ayu", copiant le style de l'idole .

En 2000, l'équipe continue de suivre la chanteuse, avec l'idée que cette année mettrait un terme au reportage. Cependant, un incident, que j'évoquerai plus tard, provoque la poursuite du documentaire. En effet, 2001 marque le début d’une année noire pour Ayumi, durant laquelle cette dernière doit faire face à de nombreux problèmes physiques et moraux. Cette période difficile conduit la chanteuse à l'idée de tout arrêter. Jusqu'en 2003, le reportage se poursuit.

- [A] BEST: un accouchement dans la douleur -

En janvier 2004, Ayumi demande à être interviewée une nouvelle fois par la même équipe. Elle souhaite sans nul doute mettre les choses au point, et lorsqu'elle arrive sur le lieu de l'entretien, on peut déjà sentir que son pas est assuré et qu'elle a enfin trouvé une certaine stabilité professionnelle. Elle revient donc sur ses périodes de troubles, ayant acquis le recul nécessaire pour les apprécier avec objectivité.

En 2001, le premier best-of de Ayumi, A BEST est commercialisé; cet événement peut sembler anodin de prime abord, pour un chanteur. C'est sans compter sur les conflits d’intérêts que cela peut provoquer. C'est donc en mars 2001 que les rues de Tokyo commencent à être tapissées de centaines d'affiches promouvant la sortie imminente du disque en question.


Une promotion rondement menée pour un best-of non désiré par Ayumi


Tout commence par un message bref de Avex à Ayumi l'informant que son premier best-of DEVAIT sortir. Ayumi parle d’ailleurs de ce message avec une lourde amertume; après seulement trois ans de carrière, cette attitude l'a profondément choquée. Selon la chanteuse, cette compilation ne sortait pas dans une bonne période, du moins de son point de vue. Elle ne l'avait pas imaginée de cette manière.
Ayumi évoque la façon dont Avex lui a annoncé la nouvelle: "tel jour de tel mois, ton premier best-of doit être mis sur le marché"; et c'est cette expression commerciale, matérialiste et productiviste, "mis sur le marché", qui l'a particulièrement marquée. Elle ne comprenait pas cette réaction, hormis le fait que Avex souhaitait rapidement et simplement faire rentrer de l'argent dans ses caisses pourtant à cette époque déjà bien remplies. On sait que les best-of, pour tout artiste, n’ont pas de grande vocation artistique; l'intérêt d'un tel opus est avant tout pécuniaire, d'autant que les coûts de production en sont très faibles en comparaison de ceux d'un véritable album. Ainsi on ne lui laissait plus le choix! Ayumi a tout de même émis le désir de réenregistrer certaines de ses premières chansons pour ce best-of; sans doute une manière pour elle de protester contre le comportement décevant de la compagnie qui l'avait deux ans plus tôt portée aux nues.


Ayumi s'exprime sur cette année difficile


La sortie de A BEST a également obligé Ayumi à se livrer à une promotion pour le moins intense. En l'espace de deux mois, ce sont pas moins de 40 magazines qui consacrent leur Une à la chanteuse. Dans les kiosques, le visage de Ayumi est sur les couvertures de dizaines de revues. Du jamais vu! Malgré un emploi du temps déjà surchargé (promotion télé lourde liée à la sortie de 3 singles durant ce même laps de temps), Ayumi se plie à l’exercice contraignant des séances photos. Elle va donc en effectuer plus de 40, car bien évidemment chaque magazine propose ses propres clichés.


Ayumi enchaîne séance photos sur séance photos; résultat: un kiosque 100% Ayu


Cette somme de travail harassante conduit Ayumi à changer de comportement. Elle se montre fatiguée, énervée, stressée et très stricte avec ses collaborateurs. Durant le reportage, la caméra capture d'ailleurs une scène durant laquelle la chanteuse se plaint avec véhémence à son équipe du comportement du staff du photographe, durant une énième séance photos.

"Nous nous sommes changés et nous sommes prêts à commencer! Mais on nous demande d'attendre … personne ne m'a donné d’explications … attendre pour quoi ? Qu'est ce que nous devons attendre ? Pourquoi n'expliquent-ils rien ? Non seulement j'attends, mais tout le staff attend aussi!"


Petite scène d'agacement de la part de Ayumi


On est alors en droit de se demander pourquoi Ayumi s'est imposée un tel travail. Pourquoi avoir réalisé tous ces clichés pour autant de magazines ? A cela, en 2001, elle répond que pour un album classique, elle ne l'aurait probablement pas fait, mais qu'il s’agit là d’un best-of. Ses justifications sont à l'époque assez vagues, et on ne sait pas trop ce qui la pousse à tout cela; est-ce de son propre chef, ou est-ce une décision prise en plus haut lieu à laquelle elle doit se plier ? Pour conclure sa réponse, elle prononce une phrase de manière anodine, qui pourtant reste lourde de sens: "Vous savez, c’est peut-être mon dernier album, peut être n'aurai-je pas à nouveau l'occasion de réaliser un tel disque". Pour elle, la sortie d'une compilation signifiait sans doute le terme de sa carrière; sans doute aussi s'est-elle sentie trahie par Avex, en ayant le sentiment, à tort, que la maison de disque projetait de l'évincer.

Mais revenons un moment sur la présentation de ce best-of. Sur la pochette du disque, on peut voir le visage de Ayumi en gros plan, en noir et blanc. Sur sa joue gauche, on remarque une larme qui perle. L'air triste de la chanteuse sur ce visuel n'est absolument pas anodin. En 2004, elle revient sur ce choix. Selon ses dires, elle souhaitait faire comprendre à tous qu'elle n'était qu'une "personne", une femme comme les autres, appelée Ayumi Hamasaki. Elle se rendait compte aussi qu'elle était un pan d'une compagnie, en l'occurrence Avex. Et par extension, un produit important pour cette dernière. Elle s'est alors forcée, et s'est résignée à la commercialisation du best-of; mais dans le même temps, elle pensait qu'après ce disque, tout serait terminé. Dans sa tête, à cette époque, elle envisageait sérieusement de tout arrêter.

La pochette de [A] BEST: un choix loin d'être anodin!


Le 28 mars 2001, alors que le best-of de Ayumi est "mis sur le marché", le nouvel album d'une autre chanteuse très populaire (et surtout d'une autre maison de disques, Toshiba EMI) est lui aussi mis en vente. Une certaine Hikaru Utada, que l'on présente plus que jamais comme la rivale de Ayumi. Les médias ont alors orchestré une guerre entre les deux artistes; le grand dénouement était de savoir laquelle des deux parviendrait à écouler le plus de disques. En quelque sorte, Hikki et Ayu étaient la chair à canon de Toshiba et Avex pour cette bataille, dont les consommateurs devaient déterminer l'issue. C'était une des raisons pour lesquelles Avex avait tant précipité la sortie de ce A BEST. Le best-of de Ayumi réalise un score exceptionnel puisque près de 4,5 millions d’exemplaires trouvent preneurs; le second album de Hikaru dépasse de peu ce score. Mais avec des résultats aussi phénoménaux, plus question pour Avex d’accepter une retraite de sa chanteuse phare.

La guerre entre Ayu et Hikki est parfaitement orchestrée, et les médias s'y engouffrent.


Ayumi se rend compte qu'elle ne peut pas se retirer; de toutes parts, on l'encourage fortement à continuer, dans son propre intérêt, mais surtout, et elle ne se le cache pas, pour celui de sa maison de disques! Alors, si elle ne peut pas partir, elle continuera, mais selon ses règles. Désormais, elle sera présente dans davantage de décisions qui la concernent; l'épisode [A] BEST n'aura pas lieu une seconde fois. Avec une certaine satisfaction, elle dit à la personne qui l'interviewe, en 2004: "Bien que je sois un rouage important de cette compagnie, je lui ai résisté, en quelque sorte".

En septembre 2001, un clip (Dearest) explique tout, fait le point. Voici la substance de ce clip, et le message que Ayumi a voulu faire passer au travers de ce dernier: enfin, elle a trouvé sa place, mais elle va également devoir continuer à lutter. Dans cette vidéo, Ayumi se trouve dans une demeure dans laquelle elle est enfermée (analogie avec Avex), gardée par des vigils. Lorsqu'elle tend la main pour prendre un verre, trois femmes de chambre se précipitent pour lui tendre (Ayumi n'avait pas de pouvoir de décision chez Avex, avant sa "révolte"). Dans une pièce à côté, des hommes de marketing et des décideurs cherchent de quelle façon ils vont pouvoir rentabiliser Ayumi qui n'est plus qu'une courbe ascendante sur un paper board.
Les paroles de Dearest sont également très claires; "penses-tu que cela serait une bonne chose, si l'on envoyait tout valser (…) cette réalité est trop cruelle …". Tout cela rappelle l'une des premières chansons de Ayumi, intitulée A Song for XX, sans doute l'un de ses textes les plus sincères. L'un de ceux qui évoquent son enfance et son adolescence.

"Pourquoi suis-je en train de pleurer?
pourquoi me sens-je si perdue?
pourquoi me suis-je ainsi arrêtée?
Je t'en prie dis-moi: quand grandirai-je?
Combien de temps vais-je rester une enfant?
D'où viens-je en courant? Vers où suis-je en train de courir?

Je n'avais nulle part où vivre, je n'en trouvais pas
pouvais-je nourrir quelconque espoir pour l'avenir?"


Le clip de Dearest résume l'état d'esprit de Ayumi à l'époque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/monjapon
manga54
Kongōrikishi
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1322
Age : 39
Localisation : 1 mois par an à Tokyo
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Ayumi de 1999 à 2004   Sam 9 Juin - 15:56

- le DOME TOUR 2001: la tournée maudite -

Durant l'année 2001, Ayumi entame également sa toute nouvelle tournée, le DOME TOUR 2001. Un spectacle péplum dans quatre salles de concert au Japon, rassemblant près de trois millions de spectateurs. A cette époque, Ayumi était la seule artiste solo au Japon à pouvoir remplir à guichets fermés quatre dômes, plusieurs fois, ces salles étant proprement gigantesques! Mais derrière cette ambitieuse tournée se profile un vrai calvaire pour la jeune femme. Cette dernière se présente souriante et enjouée aux répétitions, mais l'équipe de reporters qui la suit note rapidement les premières failles.


Les Domes: des salles impressionnantes pouvant accueillir plus de 30 000 personnes!


Exemple: en studio, alors qu'elle répète entourée de ses musiciens, Ayumi semble éprouver de grosses difficultés durant l'interprétation de la chanson A Song for XX. Elle s'arrête de chanter de temps à autres sans raisons apparentes et paraît complètement perdue. Ayumi dit entendre un son étrange lorsqu'elle chante, qui l'empêche d'entendre parfaitement la musique; une sorte d'acouphène qui vient de se déclarer, sûrement dû aux décibels engendrés par les répétitions intensives. L'acuité auditive de son oreille gauche semble être particulièrement amoindrie. Lorsque le bourdonnement insupportable commence, il ne s'arrête que lorsque le silence se fait autour de Ayu; gênant à l'aube du début d'une tournée. Et avec tout ce travail qui l'attendait, impossible d'annuler les répétitions. Trois jours avant le premier concert à Fukuoka, le médecin avertit pourtant Ayumi: personne ne sera plus en mesure de soigner sa défaillance auditive si elle continue à travailler sous des conditions sonores telles que ses répétitions les lui imposent. Hélas, à cause d'impératifs de temps, le volume sonore n'a pas été revu à la baisse.


Les premiers problèmes se profilent ...


Ayumi est à bout de forces; durant le reportage, la caméra capture une séquence difficile. En pleine répétition d'une de ses chansons, UNITE!, la chanteuse fond en larme et s'assoit brusquement. L'équipe qui entoure la chanteuse se rend compte de la situation et s'inquiète. La répétition continue et après avoir terminé l'interprétation de Boys & Girls, Ayumi fait un signe pour s'excuser et court se réfugier dans les loges. Une telle réaction ne s'était jamais produite, Ayumi ne montrant d'habitude jamais le moindre signe de faiblesse.

Ayumi s'arrête en pleine répétition et fond en larmes.


Le 22 juin 2001, le premier concert a finalement lieu au Dome de Fukuoka, la ville natale de Ayumi. Dehors, les spectateurs attendent et ignorent tout de l'état physique et moral de la star qu'ils sont venus applaudir. Le problème auditif de Ayumi n'était pas prévu dans les répétitions, et pour ne pas décevoir les 30 000 fans venus spécialement pour elle, elle fait de son mieux pour continuer malgré tout. Ayumi est une icône de la pop japonaise, mais pour la première fois, on peut sentir qu’elle est dans la souffrance.

Mais la série noire ne semble pas vouloir s'arrêter. Deux heures avant le début du spectacle, le globe à l'intérieur duquel Ayu doit faire son entrée est mis en place et fait l’objet des derniers réglages. Mais soudain, un autre incident se produit: Ayumi perd l'équilibre, tombe du globe et fait une chute de deux mètres. Elle entraîne avec elle un membre du staff qui tentait de la rattraper. Ayumi est emmenée d'urgence à l'hôpital sur une civière. Le concert semble fortement compromis et tout le staff de la chanteuse se montre à juste titre très nerveux quant à la suite des évènements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/monjapon
manga54
Kongōrikishi
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1322
Age : 39
Localisation : 1 mois par an à Tokyo
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Ayumi de 1999 à 2004   Sam 9 Juin - 15:58

Nouvel incident: Ayumi est transportée d'urgence à l'hôpital.


A l'intérieur de la salle de concert, c'est le silence le plus complet; il est l'heure de prendre des décisions. Le concert qui devait se dérouler le jour même doit être annulé, et celui du lendemain également. Mais les cxxséquences d'une telle annulation sont lourdes; tout comme la pression qui pèse sur les épaules de Ayumi. A une heure du concert, aucune annonce n'est faite et les fans attendent toujours dehors sans avoir la moindre idée de ce qui peut se tramer à l'intérieur. Et une demi heure avant le début du concert, une voiture arrive du côté des loges; à l'intérieur, Ayumi en chaise roulante, souriante, et qui surprend tout le monde en disant "le concert est en bon chemin". Même blessée, la chanteuse semble bien décidée à ne pas décevoir les spectateurs et son équipe. Ayumi pénètre dans la salle de concert vide en chaise roulante; le médecin l'a avertie qu'elle devait impérativement se reposer et que trois semaines seraient nécessaires à la guérison de son pied. Pourtant, lorsqu'on lui demande:

"Tu peux courir ?"
"Bien sûr", répond Ayu sans hésitation.

L'heure de début du spectacle est décalée et tout se passe comme prévu. Ayumi apparaît sur scène plantée sur ses deux jambes. A voir la façon dont elle est énergique sur scène, la façon dont elle bouge, c'est comme si rien ne s'était passé. Mais n'est-ce qu'une façade ? En tous les cas, les fans n'ont rien décelé d'anormal durant la prestation de leur star. Après avoir terminé sa tournée pleine de succès, Ayu perd presque totalement l'usage de son oreille gauche. Encore aujourd'hui, ses problèmes auditifs ne se sont pas estompés.



Ayumi réapparaît en chaise roulante ... pas question d'annuler le concert.


- La véritable Ayu ? -

L'équipe qui a suivi Ayumi depuis 1999 tente d'obtenir à nouveau une interview, en 2002, pour entrevoir qui est la véritable Ayu, mais cette dernière refuse et se montre moins disponible. Aujourd'hui, elle explique qu'elle n'en avait pas envie, qu'elle ne voulait pas se sentir obligée de donner des interviews. Lorsqu'elle demande si cette équipe de reporters voulait savoir qui se cache derrière le personnage Ayumi, elle lève les yeux au ciel, comme si il n'y avait rien derrière, justement. Ou du moins, rien qu'elle n'ait envie de montrer. Pour en savoir plus, l'équipe se rend à Fukuoka, l'endroit qui vit naître Ayumi; ils n'apprennent que très peu de choses, si ce n'est que la jeune femme vivait avec sa mère et sa grand mère après le divorce de ses parents. Aujourd'hui, Ayumi a oublié à qui ressemblait son père.
Avant de débuter le reportage, en 1999, la chanteuse à expressément demandé à ce que l'on ne montre pas de photos d'elles, du temps où elle vivait à Fukuoka. Intéressant car cette requête témoignait d'un certain mal-être.


Dernière édition par le Sam 9 Juin - 16:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/monjapon
manga54
Kongōrikishi
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1322
Age : 39
Localisation : 1 mois par an à Tokyo
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Ayumi de 1999 à 2004   Sam 9 Juin - 15:58

Ayumi à New York, pour la séance photos de son calendrier 2002


L'occasion pour Ayumi de revenir sur son passé en tout cas; aujourd'hui, elle peut en parler plus librement, mais il y'a quelques années, elle avoue s'en être sentie prisonnière. Elle ne souhaitait pas que l'on en sache plus sur sa vie de jeune fille et d'adolescente. Désormais en paix avec son passé, Ayumi accepte d'emmener elle-même l'équipe de reporters à Fukuoka! A 25 ans, Ayumi ne se sent plus obligée de mettre un voile sur ses années d'insouciance: avec émotion, elle reconnaît les endroits auxquels elle se rendait souvent étant plus jeune, le bateau avec lequel elle allait parfois pêcher. Elle montre du doigt une portion de digue du haut de laquelle elle avait plongé un jour, se faisant ensuite gronder par un homme; elle ne se rappelle plus exactement de qui était cet homme, mais il lui semble qu'il s'agissait de son père. Elle se rappelle également de tous les accessoires de pêche qui se trouvaient chez elle. Lorsqu'elle parcourt aujourd'hui les rues de Fukuoka, on l'appelle Ayumi ou Ayumi Hamasaki, alors qu'auparavant, avant la célébrité, on l'appelait toujours par son diminutif Ayu. Comme Ayumi semble reposée dans cette ville! Complètement calme et détendue, à l'aise, tout à fait chez elle …



Ayumi revient à Fukuoka, sa ville natale


Alors qu'elle parcourt la ville en voiture, elle demande à s'arrêter juste devant un hôpital, qui pourrait sembler anodin. Mais en réalité, cet établissement a une valeur toute particulière pour la jeune femme. C’est en effet ici que sa grand mère fut amenée lorsqu'elle fût malade; cette personne a toujours beaucoup compté pour Ayu; elle l'a en effet davantage élevée que sa propre mère. Elle l'a protégée et soutenue durant sa jeunesse. Lorsque Ayumi est partie enregistrer son premier disque, poker face, sa grand mère l'a attendue patiemment. Ayumi, avant son départ, avait promis de revenir. Durant cette période, cette dernière dormait mal et refusait de s'alimenter; Ayumi ne la reverra hélas jamais; elle meurt le jour de la première vraie entrée en studio de sa petite fille.

Ayumi accompagnée de ses amis, à Fukuoka, à la fin du reportage.
Ce reportage permet d'en savoir un peu plus sur l'état d'esprit de Ayumi. Les différents documents présentés ont été portés à la connaissance des fans qui pour la plupart en ignoraient jusqu’à l’existence. Jamais on aurait pu imaginer auparavant combien derrière les apparences joviales de la chanteuse, cette dernière pouvait souffrir intérieurement. Bien entendu, nulle intention ici de faire passer Ayumi pour Cosette. Mais il faut reconnaître que la politique marketing assenée par Avex, qui consiste en une surexposition, et à laquelle Ayumi a participé de son plein gré, s’est ensuite retournée contre elle. Aujourd’hui, la chanteuse a retrouvé une vie professionnelle toujours aussi chargée mais plus épanouissante, plus supportable. Ayumi, en 2001, a réellement souhaité tout laisser tomber; depuis, elle avoue ne plus y avoir pensé sérieusement. Preuve d’un meilleur être. Connaître l’envers du décor permet une meilleure compréhension du personnage Ayumi Hamasaki, et donne la possibilité de chercher au delà du produit pour trouver un être humain. Un être humain complexe, fort et fragile à la fois, légèrement en décalage, toujours un peu perturbé, mais désormais davantage en paix avec lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/monjapon
Bishoujo
Ieyasu Tokugawa
avatar

Féminin
Nombre de messages : 91
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/03/2006

MessageSujet: Re: Ayumi de 1999 à 2004   Lun 11 Juin - 15:00

C'est looong!
Lol
J'avais déjà lu ce truc je sais plus ou, t'a du le prendre quelque part non? Bref je trouve ce reportage très émouvant. On pourrait dire que "elle sait qu'elle est filmé donc elle fait semblant de pleurer, elle joue de sa" etc... mais moi je pas pourquoi je ressent énormément de sincérité chez Ayumi, avant comme maintenant, (ainsi que dans ce reportage). Peut être n'es ce que là naiveté de ma part et que ce n'es q'un jeu médiatique, que de la comédie.
Bref c'est un bon reportage, émouvant, touchant... à croire que toutes les stars se trainent un sal passé lol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsutake
Musashi Miyamoto
avatar

Masculin
Nombre de messages : 375
Age : 29
Localisation : 22
Date d'inscription : 25/08/2006

MessageSujet: Re: Ayumi de 1999 à 2004   Sam 16 Juin - 14:50

MERCI !!!! C'était ma foie fort intéressant. Mais on sait tous que le personnage Ayumi est très différent de l'être humain. Souvenez vous quand la wii est sortie! On aurait une débile. Souvenez l'enguelade que c'est ramassé un danseur en coulisse lors du stadium tour 2002... Souvenez vous quand elle a insulté les journalistes complètement ivre à la sortie d'un bar... Elle n'est pas aussi conne et aussi heureuse qu'elle veut le faire croire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ayumiacademy.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ayumi de 1999 à 2004   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ayumi de 1999 à 2004
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aristide di an daki li pa rekonèt zafè elèksyon yo ki se kontinyite koudeta 2004
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006
» Retro: Pwopwo frakasan yon admiratè Titid apre GNB 2004 anpote l
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLANETE JAPON :: PARTAGEZ VOTRE PASSION : devenez rédacteur :: MUSIQUE ASIATIQUE-
Sauter vers: